BIEN ÊTRE AU TRAVAIL: 4è DEFI DU MANAGER

Adopter un management bienveillant
(Happy Management)

Pourquoi ?

‘’Les gens les plus heureux ne sont pas ceux qui possèdent le plus, mais ceux qui donnent le plus’’.

Quelle est votre propension à punir sévèrement et à menacer les collaborateurs de sanction et de licenciement? Etes-vous le type de manager qui fait trembler ses collaborateurs parce qu’ils ont constamment la peur de mal faire et de se faire amèrement réprimander ? A quel point êtes-vous un manager qui sait prendre du recul face aux défaillances et qui privilégie la solution par rapport à l’accusation, l’encadrement par rapport à l’écartement, l’assistance et le soutien par rapport à l’exclusion ?

Etes-vous le type de manager « gâchette facile » qui tape et frappe fort dès qu’une personne commet une défaillance ou n’a pas été à la hauteur de vos attentes ? Faites-vous parties des managers qui considèrent la bienveillance comme de la négligence ?

Il est prouvé que la pression, la peur et le stress rendent les collaborateurs moins créatifs et moins productifs. Des facteurs qui entraînent aux arrêts de travail, démissions, burn-out, etc. Ce qui a un réel impact sur la performance globale de l’entreprise.

Il est vrai que les managers pour la plupart n’ont pas vraiment une idée de l’impact négatif que les sanctions « tous azimuts », la sévérité avec laquelle on sanctionne les gens lorsqu’ils ont des défaillances à un impact sur le niveau d’engagement et de prise d’initiatives (et de risque) des collaborateurs ?

Au départ la culture de la rigueur et du formalisme strict peut sembler une solution durable par rapport à la bienveillance qui peut ressembler à du laxisme. Mais la vérité, c’est les managers bienveillants ne sont pas plus laxismes mais ils privilégient l’accompagnement par rapport à l’emprisonnement, la salvation par rapport à la condamnation. Au lieu de réprimander et de punir le collaborateur pour ce qu’il a fait de mal, ils l’aident à s’améliorer et à répondre à leurs attentes à travers l’accompagnement lent et patient.
C’est fort de ce constat que la bienveillance au travail trouve toute sa raison d’exister.

Comment s’y prendre.

‘’La valeur d’un homme dépend de la façon dont il traite les gens qui sont plus faibles que lui » – Inconnu

Faire preuve de bienveillance c’est comprendre l’autre et lui donner de l’attention afin de le rendre heureux. La bienveillance est donc une démarche tournée vers l’autre et qui vise son bonheur. Valoriser le savoir-être plus que le savoir-faire.

Quelques actions pour cultiver la bienveillance au travail (à commencer par le manager) :
1. Autoriser les collaborateurs à prendre les initiatives et ne
pas les punir lorsque les choses tournent mal ;
2. Développer une culture où l’on fait des suggestions
d’améliorer que des critiques qui démotivent ceux qui ont la volonté de bien faire ;
3. Chercher à comprendre ce qui est arrivé à un fautif et
l’aider à s’améliorer au lieu de le critiquer ;
4. Adopter une communication régulière au jour le
jour, plutôt qu’une profusion d’information en une fois (comme c’est souvent le cas lors des réunions)
5. Favoriser l’entraide : assister ses collègues devrait
être un geste naturel.
6. Organiser des formations sur les bonnes pratiques de la
bienveillance, la gestion des conflits, comment éviter le burn-out, etc.
Le management bienveillant doit devenir une valeur et être incarné par l’ensemble de l’organisation.

 

La suite, les huit autres défis, cliquez ici: https://docs.google.com/forms/d/1iTINtj_0ciFeQy_9TKEL6_tMbagNuZFDuTETD13tNSY/edit?usp=drivesdk 

Régine Love MOUKETE

Coach – Consultant Bien-être et Qualité de Vie au travail

(Séminaires – Conférences – Ateliers – Formations – Coaching – Team-building)

Tel: 225 49 94 57 25 / 46 13 30 89( Whatsapp)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *