Cet entrepreneur transforme des déchets organiques en biogaz

Leroy Mwasaru, 22 ans, a fondé Greenpact, une entreprise qui fabrique des systèmes de valorisation énergétique des déchets, connus sous le nom de digesteurs de biogaz. Il a pour objectif de proposer une alternative écologique au bois de chauffage. Sa solution a déjà été adoptée par 15 000 Kenyans.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : la France octroie des bourses aux étudiants dans plusieurs domaines

Alors qu’il n’avait que 17 ans, Leroy Mwasuru constate que la tuyauterie endommagée de son établissement scolaire déversait les eaux usées et les déchets dans une source d’eau, polluant ainsi l’environnement. Avec d’autres camarades, il répond à ce problème en concevant un digesteur capable de recycler les déchets en biogaz, remplaçant ainsi le bois de chauffage qui causait des problèmes respiratoires et visuels au personnel de cuisine de son établissement.

Fort de ce succès, il décide de fonder Greenpact, une entreprise qui fabrique des systèmes de valorisation énergétique des déchets. Il a pour cible les agriculteurs, les ménages, les établissements et les foyers pour enfants. Le digesteur, qui est connecté à un réseau d’égouts, récupère les déchets et les convertit en un gaz qui peut être utilisé pour la cuisine.

En plus de valoriser les déchets organiques, l’utilisation du biogaz à la place du bois de chauffage permet de lutter contre la déforestation, le Kenya ayant perdu la moitié de ses forêts entre 1963 et 2019. Le biogaz résout également les problèmes rencontrés par plus de 6 millions de ménages kenyans, à savoir le manque d’accès au gaz.

La solution de Greenpact a déjà été adoptée par 15 000 Kenyans. Le jeune entrepreneur aujourd’hui âgé de 22 ans nourrit la grande ambition de devenir le premier fournisseur de solutions énergétiques à base de biogaz en Afrique.

Lire aussi: le ministère de l’Agriculture lance une plateforme de formation à distance (Togo)

La Rédaction

Source: Ecofin

Une pensée sur “Cet entrepreneur transforme des déchets organiques en biogaz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *