Changements climatiques : Le classement des universités championnes du développement durable publié

Le développement durable semble être le bâton de pèlerin des universités à travers le monde. C’est à juste titre que le Times Higher Education a publié, le 3 avril dernier, son classement mondial des établissements d’enseignement supérieur en fonction de leur impact économique, écologique et social.

Alors que les décideurs du monde et les experts du climat engagent la course contre la montre à la recherche de solutions, les universités disséminées dans le monde travaillent activement à la réalité du développement durable, au point d’évaluer les plus méritantes en la matière.

En tout, sur les 462 établissements figurant dans ce palmarès, 17 universités ont pu se démarquer dont neuf françaises, trois canadiennes, deux britanniques, deux suédoises, et une italienne.

Le Canada, la Suède et le Royaume-Uni très bien représentés

Si la première place de ce classement revient à l’université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, les universités canadiennes tirent particulièrement leur épingle du jeu: celle de McMaster (2ème), celle de Colombie-Britannique (3ème) et celle de Montréal (7ème) sont toutes les trois dans le top 10.

L’Europe loin d’être mauvais élève

Dans ce palmarès, l’Europe est loin d’être un mauvais élève: les universités britanniques sont en bonne position, à l’image de celle de Manchester (4ème), et du King’s collège de Londres (5ème). De même, l’université de Göteborg (6ème) et l’Institut royal de technologie (7ème), deux établissements suédois, font bonne figure. L’université de Bologne (9ème), en Italie, fait également partie des dix établissements champions du développement durable.

L’université d’Aix-Marseille: championne française du développement durable

Neuf établissements français ont tenu timidement la chandelle dans le classement. L’université d’Aix-Marseille est celle qui s’en sort le mieux, avec une très honorable 43ème place. Une position qu’elle obtient notamment grâce à sa bonne place dans la catégorie «action climatique».

Centrale Nantes et l’université de Nantes (101-200 toutes les deux) viennent compléter le podium. Les autres établissements classés sont l’Ecole polytechnique (201-300), l’IMT Atlantique (201-300), l’université de Montpellier (201-300), l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (201-300), l’Insa Lyon (301+) et l’université 8 Vincennes-Saint-Denis (301+).

Avec seulement quatre écoles d’ingénieurs et cinq universités, la France n’est donc pas encore très représentée dans ce classement. Toutefois, ce dernier a été lancé récemment, lors du sommet «The Innovation and Impact Summit», organisé par l’Institut coréen de hautes sciences et technologies. Il est donc fort à parier que d’autres établissements français y participent, dans les années à venir.

Des critères variés pour mesurer l’impact écologique et social

Douze critères ont été pris en compte par le THE pour effectuer ce classement. Parmi ceux-là, la consommation et la production responsables, les actions des établissements pour le climat, la réduction des inégalités, la santé et le bien-être, ou encore, l’égalité des sexes sont pris en compte.

C’est la deuxième fois qu‘un classement prenant en compte l’impact écologique et social des établissements est publié. L’an dernier, le classement UI GreenMetric avait plébiscité les universités les plus respectueuses de l’environnement. Quelques établissements français, dont l’université Aix-Marseille, étaient en bonne position. Deux exemples qui pourraient rapidement inspirer d’autres médias.

A.C

 

Une pensée sur “Changements climatiques : Le classement des universités championnes du développement durable publié

  • 1 mai 2019 à 14 h 33 min
    Permalink

    Le développement durable dans les milieux universitaires et autres (des recherches) n’est que théorique jusque là, surtout en Afrique.
    La R.D.CONGO n’en parlons pas, quand nous, qui habitons la cuvette centrale nous sommes sous l’emprise de la chaleur, que diront ceux qui sont éloignés d’elle?
    Soyons pragmatiques, en relançant les innovations écologiques… et tandons-nous la main, sinon tous les bois… seront consommés.
     »Le monde n’est qu’un seau d’eau »
    (Bible)
    ***************
    Eliel KABAMBA
    Kasaï Central, R.D.CONGO

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *