Comment l’entrepreneur Otto Orondaam a éduqué plus de 100 000 enfants des bidonvilles

Otto Orondaam a fondé une organisation qui allie éducation en présentiel et technologie virtuelle pour offrir une forme d’apprentissage moins coûteuse et plus évolutive aux enfants des milieux défavorisés du Nigeria. Plus de 100 000 enfants ont déjà bénéficié de sa formation.

Lire aussi: Canal France International lance une formation en ligne pour favoriser l’action citoyenne en Afrique

Au Nigéria, les enfants vivant dans les bidonvilles ont un accès restreint à l’éducation. La situation s’est particulièrement aggravée avec l’arrivée de la pandémie du Coronavirus, à cause du manque de matériel d’apprentissage à distance. En Afrique subsaharienne, 89 % d’enfants n’ont pas d’ordinateur et 82 % n’ont pas accès à l’internet, selon les chiffres de l’UNESCO.

Dans ce contexte, l’entrepreneur Otto Orondaam (photo) a fondé Slum2School Africa, une organisation qui allie éducation en présentiel et technologie virtuelle pour offrir une forme d’éducation moins coûteuse et plus évolutive aux enfants vivant dans les milieux défavorisés au Nigéria. La structure a mis au point des espaces d’apprentissage où les enfants peuvent avoir accès à des cours donnés par des enseignants bénévoles.

Slum2School Africa propose en plus des cours, des tablettes numériques, une connexion internet, des numéros et des casques pour faciliter l’apprentissage aux enfants. Les cours couvrent des sujets tels que l’anglais, les mathématiques, les compétences en entrepreneuriat et en développement personnel, l’informatique, etc. Des rencontres sont également organisées et supervisées par des enseignants de chaque communauté pour des sessions interactives.

Le modèle économique de la structure inclut des frais de formation de 277 dollars annuels par enfant. Il s’appuie également sur des partenariats avec le gouvernement, des ONG et des entreprises privées qui lui font don des ressources financières et matérielles. L’initiative a aussi reçu le soutien de grandes entreprises comme Microsoft et Unilever.

À ce jour, l’organisation d’Otto Orondaam a déjà formé plus de 100 000 enfants dans de nombreuses communautés.

Lire aussi: Au Kenya, les déchets d’ananas transformés en chaussures

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *