Côte d’Ivoire / Université de Cocody, un collectif d’étudiants en colère implore le président Ouattara

Le porte parole du collectif des étudiants en année de doctorat et en masters, a exprimé son ras-bol lors d’une conférence de presse ce lundi 16 juin, au sein de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.

Dans ses propos liminaires, Attobra Aby Franck, délégué des doctorants à la faculté de droit et pour la circonstance porte parole de ce collectif, à exprimé son mécontentement face cette décision d’augmentation des frais de scolarité et d’inscription pour les étudiants en année de doctorat. Pour lui, cette manière ne correspondrait pas à la norme de la qualité, tant prônée par le président de l’université.

Lire aussi: Santé / La Russie lance son premier médicament destiné à lutter contre le Covid-19

« À vrai dire, le système LMD est une forme d’arnaque, car les universités de Côte d’Ivoire en particulier, l’université Félix Houphouët-Boigny ne correspond pas aux critères de LMD, en raison d’un manque criard de bancs dans les amphis, pas de bibliothèque et pire, les étudiants de cette université sont surpeuplés.

Cette décision a été voté le 19 mai 2020 par l’ensemble des doyens des facultés, d’offices membres du conseil de l’université et c’est le vendredi 11 juin 2020, que cette décision a été publiée. Il s’agit de l’augmentation des inscriptions des étudiants en année de doctorat qui passe désormais à 90 000 fcfa pour l’inscription académique et 500 000 fcfa pour les frais de scolarité.

Nous souhaitons d’urgence l’intervention du président Alassane Ouattara dans cette affaire, afin que le coût des inscriptions des étudiants soient revues à la baisse pour donner de l’espoir aux étudiants en année de doctorat qui sont pour la plupart, issus de famille défavorisées (…) Le collectif appel les étudiants présents à se tenir prêt pour les mots d’ordre à venir pour exprimer un ras-le-bol suite à l’augmentation des inscriptions des étudiants en année de doctorat.» a déclaré le porte-parole.

Selon le collectif, cette décision est « illégale » et n’aurait aucune valeur. Le collectif dirigé par son porte parole a signifié avoir informé le ministre de l’enseignement supérieur sur cette décision qui pourrait créer de plus en plus de chômeurs en Côte d’Ivoire. « Le cycle de doctorat, est le seul pour les enfants de pauvres, leur permettant de se faire une place dans la société grâce à leur bravoure et courage.» estime Attobra Aby Franck.

Pour les autres associations des différentes UFR de ce collectif présentes, il serait judicieux à les en croire, de mettre en place un test de sélection et améliorer les conditions de vie des étudiants tout en songeant à la création de fonds alloués pour répondre aux besoins des étudiants à la recherche.

Lire aussi: Un entrepreneur congolais conçoit des piles fonctionnant à l’amidon de manioc

La Rédaction

Source: planeteschoolmag.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *