Culture/ UFHB: Le club étudiant Unesco se porte acteur d’un nouveau défi de la culture

Le 21 mai de chaque année, est célébrée la journée internationale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement. Le club étudiant de l’UNESCO n’entendait pas rester en marge des édifiantes initiatives pour cet évènement mondial.

Organisé par la section UNESCO de la faculté Information, Communication et Arts (ICA) de l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB), l’évènement s’est mû sous la dénomination de « Festi’cult ». Ce qui signifie un festival des cultures en milieu universitaire. “ C’est pour nous, une manière solennelle de promouvoir la diversité culturelle, renforcer le tissu social, tout en construisant un développement plus harmonieux, basé sur le respect de l’autre”, a exprimé la présidente du comité d’organisation, Mariama Diallo.

A ce titre, représenté par Seydou Bamba, la commission nationale de L’UNESCO en Côte d’Ivoire et la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle , Kandia Camara n’ont pas manqué d’intérêt pour cette initiative. Pour lui, ces jeunes doivent être encouragés à poursuivre de telles visions qui, “nul doute, sont pour le gain de la Côte d’Ivoire ”.

A l’instar de l’UNESCO, les organisateurs ont donné jour à cette de fête des cultures en vue d’une réappropriation des identités. “Mais cette fois, en s’adressant aux étudiants, les jeunes, car ce sont eux la relève ”, a déclaré le président de la section, Charles Nokan. L’activité a en effet enregistré la participation de plusieurs associations estudiantines. Il y avait notamment l’Association des étudiants tchadiens en Côte d’Ivoire, l’Association des étudiants centrafricains en Côte d’Ivoire, l’Association of Volunteers for Social Development (AVSD), l’Association des Etudiants en Communication (ADESCOM), le Club Art Oratoire (COA).

Pour Nokan, il importe d’inviter dès aujourd’hui ceux qui assumeront l’avenir, à la connaissance de leur identité, malgré les nouvelles pratiques modernistes des individus dans le monde. D’où l’intérêt de mettre à contribution la révolution technologique.

« Médias et TIC, facteurs de promotion de la diversité culturelle », tel est intitulé à juste titre, le thème de cette première édition du Festi’cult. Entre partages d’expériences, proverbes et histoires, le conférencier, Dr Edmond Doua a indiqué que « le rôle des médias est éminent dans la mise en œuvre de ce défi culturel ».

« Il n’y a pas de vie sans communication; il n’y a pas de communication sans médias», a-t-il ajouté. A l’en croire, les médias seraient des outils incontournables pour la sauvegarde et l’entretien des cultures. Il s’agirait ainsi de créer une connexion entre les médias et les TIC qui font désormais le quotidien des individus et les cultures, qui représentent leur identité.

Festi’cult s’est montré l’un des plus beaux tableaux de la Côte d’Ivoire, voire de l’Afrique en réunissant sur sa scène les nombreuses cultures invitées. Au menu, des défilés en tenues traditionnelles, des prestations poétiques, des danses ainsi que des chants qui ont permis de passer le message aux participants, qui se veulent disent désormais « prêts à faire de la diversité culturelle, un facteur de développement ».

KADET Kady

Une pensée sur “Culture/ UFHB: Le club étudiant Unesco se porte acteur d’un nouveau défi de la culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *