Dans un monde secoué par le racisme anti-noir, ces mots de Muhammad Ali résonnent toujours aussi fort !

En 1971, Muhammad Ali était invité aux studios de BBC One à Londres pour participer au talk-show Parkinson, du célèbre animateur Michael Parkinson. Avec une petite touche d’humour, le champion américain de boxe expliquait comment il s’est rendu compte de la réalité du racisme anti-noir.

« Je me suis toujours demandé pourquoi Miss America était toujours blanche. Toutes ces belles femmes noires avec une belle peau bronzée, de belles formes, et pourtant, hélas. Par contre tout ce qu’il y avait de mauvais était noir. Le vilain petit canard, les chats noirs de mauvais augure, et quand on fait chanter quelqu’un, on le ‘’Blackmail’’ ».

Lire aussi: Université Alassane Ouattara(UAO) de Bouaké : Voici la raison de la fermeture

De nombreux signes que le racisme était et demeure profondément ancré dans les sociétés américaine et européenne notamment. Aujourd’hui encore, la tirade de The Greatest* suscite sur les réseaux sociaux une pléthore de réactions.

Si beaucoup lui trouvent raison comme Jamila Rose Rose « Un homme qui avait tout compris et qui le disait avec des mots-clés pour faire comprendre aux gens que le racisme sera toujours d’actualité. Allah yarhmou ! », Hoamard Ibn Bakr « La manipulation des images et pratiques est une vieille méthode pour contrôler les masses » et Mohamed Ham « Tout est vrai et on entend depuis la nuit des temps « Bah non y’a pas de racisme ça n’existe pas » », il y en a qui pensent qu’il manque de pertinence.

C’est le cas de Florence Stefaniak « Juste une chose.. les Miss Monde sont souvent issues d’Amérique du sud alors pas franchement blanches », Marie-pierre Salinas « Ce n’est pas de la faute de Jésus s’il était blanc. Avec Marie pour mère il aurait difficilement pu être noir. Mais Jésus a donné sa vie pour des hommes de toute couleur. Quant aux anges, ce sont de purs esprits, donc ils n’ont pas de couleur. Après chacun les a représentés selon sa culture » ou encore Lyes Olyesso « Avec cet anachronisme, en voilà une bonne lutte d’arrière-garde »

D’autres tels que Cédric Moos, préfèrent répondre par l’humour : « Moi je me suis toujours demandé ici en Belgique pourquoi tous les SDF sont blancs ». Quoi qu’il en soit, on voit bien là des indicateurs sur lesquels ceux qui combattent le racisme devront se pencher s’ils veulent gagner la lutte.

Lire aussi: Une agence américaine lance un programme de formation des femmes entrepreneures d’Afrique et de la diaspora

La Rédaction

Source: Ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *