Des femmes tisserandes transforment les déchets plastiques en accessoires de mode (Burkina faso)

Au Burkina Faso, une coopérative de femmes tisserandes collecte et recycle des déchets plastiques pour la fabrication d’accessoires de mode. L’activité contribue tant à l’autonomisation des femmes rurales qu’à la protection de l’environnement.

Lire aussi: Cet entrepreneur a la solution au licenciement du personnel

Comme beaucoup d’autres pays, le Burkina Faso connaît une pollution importante due aux déchets plastiques dans les rues. Pour la coopérative Gafreh (Groupe d’Action des Femmes pour la Relance Economique du Houet), la collecte de ces ordures est devenue une source d’autonomisation des femmes à revenus modestes de la région de Bobo-Dioulasso.

Après la collecte, les femmes se chargent de nettoyer le plastique. S’ensuivent différentes opérations dont la transformation en bobines de fil, le tricotage, le tissage, la couture et la confection à l’aide de machines artisanales. Le tissu obtenu permet de fabriquer des sacs, des pochettes, des portes-documents et d’autres produits originaux.

Les accessoires exposés dans leur boutique permettent à ces femmes issues d’une classe modeste de gagner jusqu’à 150 euros par semaine chacune, s’assurant un salaire décent et une couverture médicale. En plus de l’autonomisation des femmes, l’activité contribue à la protection de l’environnement.

La coopérative Gafreh emploie environ 80 femmes des alentours de la région de Bobo-Dioulasso.

Lire aussi: Formation et insertion des jeunes : le ministre Mamadou Touré et le secrétaire d’Etat Brice Kouassi signent deux accords

La Rédaction

Source: Ecofin

2 pensées sur “Des femmes tisserandes transforment les déchets plastiques en accessoires de mode (Burkina faso)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *