Emploi : Mamadou Touré se prononce sur la pénibilité du travail en Afrique

Présent à Paris dans le cadre des festivités du centenaire de l’Organisation internationale du Travail (OIT), le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mamadou Touré, était l’invité d’une émission diffusée sur les ondes de Radio France internationale (RFI).
Mamadou Touré partage l’expérience ivoirienne
Il était question, pour le porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien de se prononcer, en compagnie d’autres experts sur la thématique de la problématique de Pénibilité et précarité du Travail en Afrique, en partageant l’expérience de la Côte d’Ivoire sur la question de l’emploi.

L’occasion a été pour Mamadou Touré, de mettre en avant les efforts consentis par le gouvernement afin de garantir aux populations des emplois stables et décents.

Ces mesures, selon le ministre de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, visent à améliorer le niveau de rémunération des travailleurs « Le Smig est passé de 30mille à 60mille Cfa», a confié Mamadou Touré.

Avant de faire cas de l’adoption d’un code du travail destiné à garantir la sécurité sociale des travailleurs. « Vous avez aussi un code de travail qui a été adopté qui offre un peu plus de sécurité aux travailleurs, qui oblige à assurer un minimum d’assurance pour certains travailleurs », a-t-il fait savoir.

Sur le travail domestique, a poursuivi le ministre Ivoirien, le ministère de la protection sociale à travers le code du travail a pris une série de mesures pour garantir le salaire minimum, et obliger à la déclaration à la CNPS. « Il faut que ces mesures soient appliquées. Au-delà de la sensibilisation, il faut un contrôle et de la sanction quand les règles ne sont pas respectées », a-t-il précisé.

Une orientation économique portée sur l’industrialisation locale

Le ministre Mamadou Touré a également porté à la connaissance de ses interlocuteurs que l’orientation économique en Côte d’Ivoire est l’industrialisation ou la semi industrialisation des produits.

 » C’est un programme financé par la Banque mondiale. Et l’une des composantes, ce sont les Travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO). Ce qui se passe, c’est que les jeunes sont mis en situation de travail dans l’entretien routier, l’assainissement sur des questions de déchets. Il se trouvait que ces jeunes avaient des contrats de travail de 6 mois. Et après ce délai, plus rien. Ce que nous sommes en train d’expérimenter pour faire évoluer la situation de ces jeunes, c’est que pendant ces 6 mois, une partie des revenus, est épargnée. »

une épargne à en croire le ministre Touré, qui servira de fonds pour la création de groupements d’intéret économique, à se structurer en mini entreprise, micro et petite entreprise avec un appui en financement en faveur des jeunes.

Moustapha Kamal Gueye, l’unité emploi vert au bureau international du Travail, Cyrille Cosme directeur du bureau de l’OIT pour la France , Marie-Pierre Nicollet, directrice transition démographique et sociale de l’Agence française de développement étaient les participants de cette émission.

Tous les participants à cette émission, dont le ministre Mamadou Touré ont reconnu la pénibilité et la précarité du travail aussi bien dans le secteur formel qu’informel. Les secteurs les plus touchés, à les en croire sont l’agriculture, le bâtiment, le recyclage et la gestion des déchets, etc.

A.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *