Environnement: un Sud-Africain conçoit un plastique soluble dans l’eau

La menace environnementale posée par le plastique pèse sur les pays africains. En Afrique du Sud, Tshepo Mangoele pense avoir la solution à ce fléau avec le Dissolv Bioplastic, un plastique biodégradable fabriqué à partir de déchets de plantes.

Le Dissolv Bioplastic est un plastique écologique fabriqué à partir de restes de matières végétales, et qui se dégrade à grande vitesse. Ainsi, il est conçu pour se dissoudre dans l’eau dans un délai de 36 à 72 heures, en fonction de la matière première utilisée. L’autre particularité de ce matériau est qu’il peut se décomposer sans devenir toxique comme les emballages synthétiques.

Tshepo Mangoele, ingénieur chimiste, en est le concepteur. Il l’a développé après 2 années d’expérimentation avec des déchets de biomasse pour fabriquer différents produits.

« Nous envisageons également de vendre les granulés de bioplastique à des entreprises utilisant des plastiques conventionnels, ce qui nous permettra d’élargir notre gamme de produits », a-t-il précisé à la Royal Academy of Engeneering.

En effet, à l’échelle mondiale, environ 50 % des plastiques à usage unique finissent dans les océans. L’Afrique du Sud, en particulier, et les pays africains en général sont également concernés par la menace environnementale, surtout que le recyclage se fait à petite échelle. Selon les données fournies par Tshepo, le processus de biodégradation des plastiques écologiques actuellement disponibles peut prendre entre 3 et 6 mois. Tandis que le Dissolv Bioplastic se dégrade en 61 jours environ. Il permet donc non seulement de réduire la pollution plastique, mais limite aussi les risques que les animaux marins ingèrent accidentellement des éléments toxiques.

Lire aussi: Protection des océans: OceanHub forme les entrepreneurs africains engagés

Si le Dissolv Bioplastic est une solution novatrice en Afrique, les plastiques solubles sont depuis quelques années dans le collimateur des ingénieurs et entrepreneurs non africains. Au Chili, la société SoluBag avait déjà dévoilé en 2018 un plastique qui utilise à la place du pétrole du calcaire, et qui se dissout dans l’eau sans polluer en 5 minutes maximum.

Par ailleurs, des projets pilotes pour la production de couverts, de films et de pailles sont lancés cette année au Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CSIR) en Afrique du Sud, où le Dissolv Bioplastic est en cours de développement.

Bien qu’il soit en phase pilote, le projet vient de remporter l’Africa Prize for Engineering Innovation. Cela va permettre à Tshepo Mangoele de toucher une clientèle dans les industries de l’électronique, des cosmétiques et des dispositifs médicaux.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *