FEJA 2018 : Quand jouer devient un métier

Du 23 au 25 novembre s’est tenue au palais de la culture la 2è édition du festival de l’électronique et des jeux vidéo d’Abidjan (FEJA) 2018, dans la dynamique d’un secteur porteur et pourvoyeur d’emploi.

Pour cette 2è édition, ‘‘les gamers’’ auront été interpelés par le thème « La création d’emploi grâce au métier du jeu vidéo ». Ainsi ce sont 30 participants venus de 10 pays africains qui ont répondu présent au festival pour réfléchir sur la création d’emploi par le jeu vidéo.

La problématique de l’emploi sous les tropiques africains et en Côte d’Ivoire, n’a pas laissé Sidick Bakayoko et ses collaborateurs  indifférents. Ils ont voulu par cet événement, proposer des ébauches de solutions à travers la corrélation entre le jeu vidéo et la création d’emploi.

« Le jeu vidéo représente un avenir pour les jeunes en Afrique, c’est une source de nouveaux emplois, un moyen de gagner sa vie », affirme Sidick Bakayoko, créateur de la société ivoirienne Paradise Game et fondateur du FEJA.

L’Afrique ne représente actuellement que 1 % du marché mondial du jeu vidéo, selon des études menées par de grands cabinets de conseil internationaux et l’opérateur de télécoms Orange.

Le continent reste tout de même un débouché prometteur grâce à sa densité démographique, avec un demi-milliard de jeunes ayant moins de 25ans très connecté, et un milliard d’abonnés à la téléphonie mobile. Une trouvaille pour les ‘‘gamers’’ qui recourent aux smartphones à défaut de consoles.

Cependant transformer l’univers du jeu vidéo en un secteur de métiers en Côte d’Ivoire, passe nécessairement par la formation des jeunes sur le fonctionnement de l’industrie du jeu vidéo, ainsi que les métiers proposés par ce secteur.

Pour rappel, la cagnotte récompensant les finalistes engagés dans les différentes compétitions pour ce FEJA 2ème édition était de 13 millions Fcfa.

A.C 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *