Le Gérant de Paris Baguette dévoile son secret…

Chour Achraf est un jeune libanais propriétaire de deux entreprises depuis quelques années exerçant dans le domaine de la boulangerie et pâtisserie. Dans sa boulangerie « Paris Baguette » d’Abobo où il travaille, il s’est forgé un caractère de dirigeant et de Leader. Un atout qui lui a permis d’être un bon manager après la période d’adolescence en se lançant très vite dans l’entreprenariat. Il nous offre son témoignage de jeune entrepreneur.

Présentez-vous et pouvez-vous nous parler succinctement de votre entreprise ?

Je m’appelle Chour Achraf. Je suis un jeune libanais, propriétaire de trois boulangeries : « Pain chaud », « Baguette Royale » et « Paris Baguette » représentées un peu partout à Abidjan. Celle d’Abobo est née en janvier 2016. J’emploie plus de 700 employés.

Vous êtes aujourd’hui un Grand Chef d’entreprise. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Depuis le bas-âge, j’ai toujours été aux côtés de mes parents. J’avais déjà l’esprit entrepreneurial et l’envie de faire comme eux. J’aimais la boulangerie si bien que c’était le travail de mon père. J’ai beaucoup appris à ses côtés afin de parfaire mes connaissances de l’entrepreneuriat. A l’époque, je percevais 12.500FCFA par semaine, soit 50.000FCFA par mois. Avec abnégation et rigueur, je me suis forgé un moral de fer. J’ai crée mon entreprise en respectant la loi de la Côte d’Ivoire. Et j’ai aujourd’hui, 2 entreprises diversifiés à mon actif.

Quelles ont été les principales difficultés auxquelles vous avez du faire face ?

Ma plus grande difficulté a été d’être mal entendu et compris au départ par mes fournisseurs. J’en retiens qu’il était important de trouver rapidement des éléments qui vont crédibiliser le projet. Et c’est ce que j’ai fait. J’ai respecté les normes et j’ai veillé sur mon travail.

Quelles ont été vos plus grandes réussites ?

Je suis satisfait de ma boulangerie « Paris Baguette ». Aujourd’hui, je ne fais pas seulement que de la baguette. Paris Baguette existe en France et en Italie. A mon niveau, en plus de la baguette, j’ai modernisé celle de la Côte d’Ivoire en y ajoutant un supermarché, un restaurant, un glacier, une viennoiserie et une terrasse café qui sont aussi des métiers de la boulangerie.

C’est quoi votre secret ?

La crédibilité et comment faire en sorte que mes interlocuteurs me prennent au sérieux. Avec beaucoup de travail et en présentant des résultats chiffrés, gérer une entreprise n’est plus maintenant un obstacle.

Quels sont vos projets ?

En haut de cette boulangerie (Paris Baguette située à Abobo N’dotre), j’envisage créer une grande salle de réception ou de spectacle pour les mariages, baptêmes ou autres cérémonies. Et continuer bien sûr de créer plusieurs autres boulangeries.

Vous dirigez plus de 700 employés. Comment arrivez-vous à les manager malgré votre jeune âge ?

Avec respect et rigueur, les collaborateurs qui travaillent au sein de mes sociétés contribuent à la réussite de la société de demain. Je respecte donc leur travail et leurs compétences de façon réelle et sincère, une relation de confiance s’est ainsi établie entre eux et moi. Je n’ai pas de problème avec quelqu’un. J’ai beaucoup d’amis, mais je suis rigoureux dans la gestion.

Comment appréciez-vous le secteur de la boulangerie en Côte d’Ivoire ?

Les boulangeries en Côte d’Ivoire ont aujourd’hui compris qu’il faut s’inscrire dans la démarche qualité et mettent en pratique les consignes éditées par elles-mêmes.

Comment appréhendez-vous la culture entrepreneuriale chez les jeunes ivoiriens ?

Les ivoiriens et Ivoiriennes sont trop peu nombreux dans l’entrepreneuriat. S’ils veulent que la croissance économique profite à tous, ils doivent être nombreux à s’investir dans les affaires. Plus ils seront nombreux, plus ils pourront faire avancer le pays. C’est-à-dire des entreprises ivoiriennes leaders dans leur secteur d’activités. Il faut encore que les PME puissent évoluer sereinement dans un environnement qui leur permette de grandir sur des bases saines et solides.

Quels conseils pourriez-vous donner aux lecteurs pour la création d’une entreprise en tant qu’entrepreneur ?

Vous voulez créer ? Votre idée vous semble excellente, mais votre entourage vous en dissuade car, pour eux, ce n’est pas le moment. Ecoutez, analysez… mais si votre projet vous parait toujours réaliste, alors allez-y foncez. Une autre suggestion, avant chaque décision, prenez bien le temps de la réflexion. Lorsque l’on est jeune, on peut parfois être impatient de réussir. Restez nuancé afin de ne pas sombrer dans la précipitation.

Quel message pour les étudiants et les jeunes diplômés ?

Si j’avais des conseils, voici ce que je leur dirais : Entourez-vous bien des personnes variées: trouvez des gens qui vous soutiennent aveuglément, des gens qui ne croient pas du tout à votre projet, et des gens pragmatiques. Écoutez ce que les gens vous disent. Il y a des remarques très constructives.

2 pensées sur “Le Gérant de Paris Baguette dévoile son secret…

  • 25 septembre 2017 à 15 h 28 min
    Permalink

    Bonjour mr j’aimerai bien entrependre mais les moyens me font défauts. Vous savez bien qu en côte d’Ivoire si tu es pauvre tu peux partir ou tu veux mais tu ne trouveras personne même pas les banques ni les micro finance pour te venir en aide .

    Répondre
  • 23 avril 2020 à 15 h 33 min
    Permalink

    je me nomme bassolé vivien ; je suis dans le domaine de la boulangerie. je suis vraiment content pour mon collègue… le souci c’est que je voudrais bien collaborer avec d’autres personnes étant dans ce domaines …. voir si l’on pourrais partager des idées…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *