Histoire/Mahatma Gandhi : Voici ce qui lui a valu la mort

De son vrai nom Mohandas Karamchand Gandhi, le « Mahatma » était un homme politique et religieux indien, Gandhi. Il œuvrera pour l’indépendance de l’Inde et méritera un siècle après, le titre de leader engagé pour la défense des droits de l’homme et de la paix.

La naissance du Mahatma

Mohandas Karamchand Gandhi est né en 1869 dans une famille aisée de l’Inde. Il se lance dans des études de droit à Londres en 1888, car il est très attiré par l’étranger. Une fois son diplôme obtenu, il exerce le métier de conseiller juridique en Afrique du Sud et découvre les conditions de vie déplorables des noirs et des Indiens dans ce pays.Visés par un racisme incessant, il entame alors son premier « combat » de non-violence (appelé la satyagraha). Il obtient de bons résultats quelques années plus tard, en 1914. Il décide alors de retourner en Inde, constatant qu’il connait assez peu son pays d’origine.

Le déclenchement du « combat »

En décembre 1921, Gandhi devient le dirigeant exécutif du Parti du Congrès. Il introduit la notion et le but de la Swaraj, l’indépendance totale, dans une nouvelle constitution. Dans le même temps, les boycotts intensifiés se développent, et les Indiens rejettent tout ce qui est britannique (vêtements, marchandises, titres et honneurs…).

Mais après des affrontements mortels dans la ville de Chauri Chaura en 1922, Gandhi décide de stopper cette désobéissance civile meurtrière. Il est arrêté en mars et condamné à six ans de prison. Durant son absence, les relations entre les musulmans et hindous se sont détériorées, ce qui l’inquiète énormément.

La marche du sel

Les nombreuses demandes et négociations pour l’indépendance entamées avec les Britanniques n’aboutissent à rien, et aucune réponse n’est donnée. Le 31 décembre 1929, le drapeau indien est accroché à Lahore et le 26 janvier 1930 est déclaré comme jour de l’indépendance indienne.

Pourtant, personne n’a encore rien confirmé. En mars de la même année, Gandhi lance sa marche du sel contre la taxe salière. Des milliers d’Indiens marchent sur une route longue de 400km pour protester et aller chercher leur propre sel jusqu’à la mer. Les Britanniques emprisonnent 60 000 personnes à la suite de cette manifestation. En 1935, l’indépendance partielle de l’Inde est accordée.

« Quit India » ou l’ère des négociations

Lorsque la Seconde Guerre mondiale débute en 1939, Gandhi estime que l’Inde ne peut participer aux combats étant donné qu’on refuse la liberté démocratique à son pays. Il redouble les demandes d’indépendance et rédige un texte destiné aux Britanniques connu sous le nom de Quit India. Ce texte devient finalement un mouvement entier, des milliers d’Indiens sont arrêtés et des violences surgissent partout dans le pays.

Gandhi est clair : aucune participation ou aide à la guerre ne sera accordée si l’Inde n’est pas indépendante. Le 9 août 1942, Gandhi et les dirigeants du Congrès sont arrêtés par les forces britanniques. Durant sa détention, sa femme Kasturba meurt d’une crise cardiaque alors qu’elle est, elle aussi emprisonnée. C’est un coup très dur pour Gandhi, marié à Kasturba depuis presque 60 ans. En mai 1944, Gandhi est relâché car très affaibli. Lorsque la guerre prend fin, les Britanniques indiquent que l’Inde sera bel et bien déclarée indépendante. C’est la fin de la lutte Quit India.

Indépendance mais partition

Mais cette indépendance ne se déroule pas comme prévu : le pays est séparé en deux, musulmans d’un côté et hindous de l’autre, après plusieurs violences entre ces deux communautés. Gandhi est contre une partition de l’Inde, mais le Congrès approuve la décision pour éviter une guerre civile : l’indépendance est proclamée le 15 août 1947. Le pays est séparé : d’un côté, l’Union indienne, de l’autre, le Pakistan.

La guerre indopakistanaise ne tarde pas à débuter quelques mois plus tard. Gandhi n’a plus qu’un but : rallier les deux communautés et faire cesser les combats. Grâce à son dernier jeûne, en janvier 1948, il parvient à apaiser durant quelques mois la situation. Mais le 30 janvier 1948, Gandhi est assassiné. Nathuram Godse, un hindou tenant Gandhi pour responsable de la partition de l’Inde, touche mortellement le Mahatma de plusieurs balles. Godse sera jugé et condamné à mort en novembre 1949.

Les cendres de Gandhi furent dispersées dans plusieurs grands fleuves comme la Tamise ou le Nil, dans la tristesse générale de l’Inde mais aussi du monde entier. Pour ce combat, son nom reste aujourd’hui gravé dans le chapitre de l’histoire des hommes intègres.

Rappelons que Mohandas Karamchand Gandhi est né à Porbandar le 2 octobre 1869 pour disparaître 79 ans plutard,  à Delhi le 30 janvier 1948.

KADET Kady

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *