« J’ai arrêté l’école en troisième… et aujourd’hui je prépare un doctorat en droit »

Le chapeau de la réussite n’est pas toujours porté par ceux qui ont eu toutes les chances pour avancer. De la même manière, certains, étudiants parviennent à faire de leurs ambitions des réalités, au détriment d’un parcours académique moins favorisant.

C’est dans un canevas de motivation des jeunes et, surtout des étudiants, que Le Monde a publié, ce mois le témoignage d’un jeune étudiant français. Pour présenter la trame de son parcours d’orientation, Roderick, 28 ans s’exprime:

« Les échecs font (aussi) partie de la réussite, car sans mes échecs, je ne serai jamais parvenu où j’en suis maintenant.

J’ai arrêté l’école à 16 ans après un parcours scolaire catastrophique. J’ai toujours été le dernier de ma classe. J’ai connu de nombreuses exclusions, convocations chez le juge pour enfant, en conseil de discipline, au rectorat. Au collège, j’ai redoublé deux fois — sixième et troisième — et j’en suis parti sans le brevet. Je n’ai donc jamais mis un pied au lycée.

Je suis alors entré dans l’armée, sans conviction ni patriotisme, mais il s’agissait à l’époque du seul employeur susceptible de me nourrir et de me loger, et qui recrutait sans formation. Passé cette expérience, j’ai enchaîné des petits boulots : livraison de pizzas, distribution de publicités dans le métro, petits chantiers au noir. J’ai aussi tenté une formation de paysagiste dans une école à Vincennes [Val-de-Marne]. Mais, pic de la crise oblige — nous étions en 2010 — aucune entreprise ne recrutait. J’ai donc quitté cette formation pour retourner à mes petits boulots alimentaires.

« Une passion pour le droit »

En septembre 2011, j’ai croisé un ami du collège, qui était rentré en fac de droit. Il m’a parlé d’une équivalence au bac, une capacité en droit, une formation gratuite en cours du soir en deux ans qui me permettrait soit d’entrer en fac (et pas seulement en droit), soit de passer les concours de la fonction publique.

Je me suis lancé dans cette formation, à La Sorbonne. Je ne connaissais absolument rien. Qu’est-ce que le droit ? Quelle est la différence entre un maire et un préfet ? Entre un juge et un procureur ? Entre l’Etat et une mairie ?

La formation a été exigeante. J’ai parfois travaillé toute la nuit pour lire des bouquins et répondre à mes questions sur la société. Et puis je me suis découvert une passion pour le droit. J’ai découvert les institutions, les enjeux des grands débats relatifs à la démocratie ou aux questions sociales…

Après l’avoir validé haut la main, j’ai intégré une licence de droit, puis un master de droit public, que j’ai obtenu avec mention. J’ai été recommandé par plusieurs de mes professeurs pour intégrer Sciences Po Paris, dont j’ai passé le concours, et obtenu la note de A (soit la note maximale). Mais j’y ai finalement renoncé pour débuter un doctorat en droit à La Sorbonne, qui débutera à la rentrée prochaine.

En parallèle, j’ai obtenu un poste d’assistant de justice en cour administrative d’appel. Preuve qu’en plus d’être diplômé, cela peut déboucher sur de très belles opportunités !

Aucun bac ne prépare à la fac de droit. J’ai été bien meilleur élève que des bacheliers ES obtenus avec mention très bien, et bien moins bon que certains élèves issus d’un DAEU [diplôme d’accès aux études supérieures] ou d’une capacité en droit comme moi.

Je tire une évidence de mon expérience : le parcours scolaire du collège-lycée n’est absolument pas prédéterminant pour la réussite à l’université. »

La leçon à soustraire de ce témoignage c’est que la détermination et l’excellence sont des fondamentaux pour qui aspire à faire de ses rêves, une réalité. Pour les étudiants, laa pertinence des choix d’orientation est non moins importante.

KADET K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *