La Fédération mondiale d’ingénieurs choisit le Zimbabwe pour accueillir ses formations

Le Zimbabwe a été élu par la Fédération mondiale des organisations d’ingénieurs pour accueillir ses formations pendant les 4 prochaines années. Une opportunité qui devrait permettre au pays ainsi qu’à l’Afrique d’améliorer la formation des ingénieurs, en déficit sur le continent.

Lire aussi: Le premier hub d’innovation de Plug and Play en Afrique va ouvrir ses portes au Maroc

Lors de la réunion annuelle de son Conseil exécutif qui s’est tenu le 10 novembre en France, la Fédération mondiale des organisations d’ingénieurs (WFEO) a élu le Zimbabwe pour abriter son Comité technique permanent de renforcement des capacités et formation en ingénierie, rapporte le site d’information zimbabwéen Chronicle.

Cette décision signifie que le pays accueillera des sessions mondiales de formation en ingénierie au cours des quatre prochaines années. Pour le Zimbabwe et l’Afrique en général, cette élection va permettre d’améliorer la formation et les accréditations des ingénieurs sur le continent, d’après Martin Manhuwa (photo), président de la Fédération des organisations d’ingénieurs africains.

« Il s’agit de former des ingénieurs et de leur permettre de visiter les parties prenantes de l’infrastructure pour les évaluer et les noter. Cette décision laissera certainement le pays et l’Afrique avec beaucoup de connaissances sur ce qui doit être amélioré dans l’infrastructure et autre ligne d’ingénierie », a-t-il déclaré.

Cette nomination arrive alors que l’Afrique connait des difficultés en ce qui concerne la formation de ses ingénieurs. Le continent fait face à un déficit de ces professionnels. Il compte environ 55 000 ingénieurs contre environ 4,3 millions demandés sur le marché. Pour combler ce gap, l’Afrique devra produire plus de 300 000 ingénieurs chaque année jusqu’en 2023.

Notons que le Zimbabwe a été désigné avec le Myanmar. Les deux pays avaient été choisis pour accueillir conjointement le Comité.

Lire aussi: Le leapfrog digital en Afrique : un saut vers la quatrième révolution industrielle (Huawei)

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *