Tidjane THIAM, l’exemplarité d’un parcours

Depuis le vendredi 14 février 2020, Tidjane THIAM a effectivement quitté son poste de Directeur général du Crédit Suisse, avec un bilan reluisant. Flash-Back sur un parcours hors norme.

Une carrure internationale

Depuis deux décennies, Tidjane Thiam s’est forgé une réputation de financier brillant et de redresseur d’entreprise hors pair. Au soir de son départ du Crédit Suisse, le directeur général franco-ivoirien a présenté le 13 février 2020, des résultats impressionnants réalisés sous son mandat. Un véritable satisfecit pour ce banquier dont le cahier de charge, lors de sa prise de fonction en Juillet 2015 était de restructurer cette banque zurichoise dans la tourmente.

Les résultats sont probants. Et celui qui est souvent considéré comme un génie de la finance ne cache pas sa satisfaction devant les résultats enregistrés. «Je suis fier de ce que le Credit Suisse a réalisé pendant mon mandat. Nous l’avons remis sur de bons rails et nos résultats de 2019 montrent que nous pouvons être durablement rentables », a déclaré Tidjane Thiam lors de la présentation des résultats annuels de la banque helvète.

Au titre de l’exercice 2019, la deuxième banque suisse affiche en effet, un bénéfice avant impôts de 4,7 milliards de francs suisses (4,4 milliards d’euros) – contre 3,4 milliards un an auparavant -, soit un bond de 40 % et une performance jamais atteinte depuis dix ans.

Un bilan qui vient corroborer la qualité des choix stratégiques et la justesse dans le management du franco-ivoirien. Ce qui lui permet de quitter cette banque avec les honneurs.

Ce génie de la Finance n’est pas à son premier exploit. Celui qui est devenu le premier dirigeant noir d’une entreprise du FTSE 100 – L’indice boursier des cent entreprises britanniques les mieux capitalisées cotées à la bourse de Londres – a mené avec succès le redressement de l’assureur Prudential, dont il a pris la direction de 2009 à 2014.

Un parcours professionnel impressionnant

A 57 ans, Tidjane Thiam est l’un des Africains les plus influents de la planète.  Diplômé de l’École polytechnique et de l’École des mines de Paris, il rejoint McKinsey & Company en qualité de consultant en management de 1986 jusqu’en 1994. Il y travaille d’abord à New York puis à Paris.

De 1994 à 2000, sur demande du Président Henri Konan Bédié, il rejoint la Côte d’Ivoire comme directeur du plan, puis ministre de la Planification et du Développement. En 2000, il revient en France chez McKinsey. En 2002, il devient directeur stratégique de l’assureur privé Aviva, ayant la responsabilité des opérations internationales et d’Aviva Europe. De septembre 2009 à juin 2015, il préside le groupe d’assurance privé Prudential. En juillet 2015, il est nommé Directeur Général de Credit Suisse en remplacement de l’américain Brady Dougan. Poste qu’il occupe jusqu’à sa démission en février 2020.

En plus de ce parcours impressionnant, il a aussi été sollicité internationalement à maintes reprises. En octobre 1999, Tidjane Thiam est coopté par James Wolfensohn pour devenir l’un des 20 membres du Conseil Consultatif de l’Institut de la Banque Mondiale, auquel l’Institut fait appel pour obtenir des conseils et des orientations.

Il est membre de l’Africa Progress Panel (APP), autorité indépendante sur l’Afrique présidée par Kofi Annan, et lancée en avril 2007 pour veiller à la mise en œuvre des engagements de la communauté internationale à l’égard de l’Afrique. Il est également sponsor d’Opportunity International, et membre du Council of the Overseas Development Institute de Londres.

En janvier 2011, il est nommé Président du Groupe d’expert de haut niveau sur les investissements dans les infrastructures du G20. Créé lors du sommet du G20 de Séoul en 2010. Le groupe a présenté son rapport lors du sommet du G20 de Cannes en novembre 2011.

Tidjane Thiam est président du conseil d’administration de l’Association of British Insurers et de l’International Business Council du Forum économique mondial.

En 2007, ce financier est élu « Alumnus of the Year » par l’INSEAD Alumnus Association. En 2009, il est désigné comme l’un des « 50 anciens élèves qui ont changé le monde » dans le cadre de la célébration du Jubilé de l’INSEAD.

Une tête bien faite

En juillet 1980, le jour de la proclamation des résultats du baccalauréat au lycée classique d’Abidjan, Tidjane Thiam éclate en sanglots. Ce ne sont pas des larmes de joie, mais de rage. Parce qu’il n’a obtenu qu’une mention « bien » au lieu de la mention « très bien » qu’il visait. Un 9/20 en histoire-géo a fait chuter sa moyenne, sans cela excellente. « Le professeur avait jugé la copie trop bonne pour être honnête », explique Daouda Thiam, l’un de ses frères.

La même année, il part d’abord en classe préparatoire au fameux lycée privé Sainte-Geneviève à Versailles, tenu par les jésuites. En 1982, Tidjane Thiam s’illustre encore une fois en étant le premier Ivoirien à réussir le concours d’entrée à l’École polytechnique. Le ministre Paul Akoto Yao, de l’Education nationale présente le jeune prodige à la face de la Nation ivoirienne. Sur 300 postulants à travers le continent, il termine 7ème au test d’entrée. Il sort diplômé de cette école en 1984.

En 1986, il est major de promotion au diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure des Mines de Paris. Cette même année, il reçoit une bourse pour passer le MBA de l’INSEAD et rejoint le McKinsey Fellows Programme à Paris. Il obtient le MBA de l’INSEAD en 1988 (Dean’s list) et rejoint le cabinet McKinsey. En 1989, il prend une année sabbatique pour suivre le Programme des jeunes professionnels de la Banque Mondiale à Washington, D.C.

Le parcours scolaire, universitaire et professionnel de

Tidjane Thiam ne s’est jamais départi de ce désir d’exceller tout au long de ces études et de son parcours professionnel.

Hervé Koutouan

Une pensée sur “Tidjane THIAM, l’exemplarité d’un parcours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *