Un programme de formation du Fonds SANAD pour les fintech africaines

Les fondateurs de start-up financières sont invités à postuler pour une formation virtuelle de six mois sur divers sujets. Les candidatures sont ouvertes pour les ressortissants de l’Ouganda, du Kenya, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Sénégal qui veulent s’engager sur le marché nord-africain.

Lire aussi: Devenir analyste de base de données

Le Fonds SANAD pour les MPME, un fonds d’investissement qui se consacre à soutenir des entrepreneurs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, en partenariat avec le programme de formation panafricain MEST Africa et Impact Lab, une structure d’accompagnement des entreprises, lance les candidatures pour un programme de formation virtuelle destiné aux start-up technologiques d’Ouganda, du Kenya, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Sénégal.

Le programme s’adresse particulièrement aux start-up fournissant des solutions en matière de technologie réglementaire, de finances, prêts, assurances, paiement/transfert d’argent, ressources humaines et salaires, gestion du patrimoine, comptabilité et gestion des dépenses.

Les fondateurs ou groupes de fondateurs des start-up de cette catégorie peuvent postuler à ce programme à condition que l’un d’eux soit de l’un des pays cités, et que la start-up ait commencé ses activités au moins 2 ans avant la candidature. Avoir des ambitions de pénétrer le marché de l’Afrique du Nord est également une condition requise.

Le programme qui va durer six mois consiste à une formation spécifique sur la façon d’évaluer et d’améliorer les produits fintech, des sessions animées avec des experts nord-africains sur la réglementation locale en matière de fintech, et des ateliers sur le leadership, et les partenariats d’affaires.

Il est également prévu des sessions personnalisées sur les stratégies de mise sur le marché, y compris le coaching sur la présentation, le pitching et la prise de parole en public, ainsi que le soutien au développement d’un marketing adapté aux investisseurs, experts de l’industrie, entreprises, et acteurs de l’écosystème.

Les candidatures doivent être envoyées avant le 20 décembre 2020.

Plus d’informations

Lire aussi: Djamo, la FinTech ivoirienne qui veut proposer une meilleure alternative à la banque

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *